Comment nous joindre

Association L'église de Norroy-Plesnois d'hier à aujourd'hui
20, rue de Plesnois

57140 Norroy le Veneur

Téléphone : +33 387513364 

Actualités

Retrouvez dès à présent sur notre site Web toute l'actualité de notre association.

L'église de Norroy-Plesnois, d'hier à aujourd'hui
L'église de Norroy-Plesnois, d'hier à aujourd'hui

Petite histoire de la Croix de Lorraine

Plusieurs livres ont été écrits sur l’origine et la symbolique de la Croix dite "de Lorraine". C’est dire s’il est difficile de résumer son histoire en quelques lignes. En voici simplement quelques étapes.

 

En 327 ou 328, Hélène (sainte Hélène), mère de l’empereur Constantin, fait entreprendre des fouilles sur le Golgotha d’où l’on exhume trois croix. Des fragments de la croix du Christ sont alors enfermés dans des reliquaires en forme de croix à double traverse, la traverse supérieure figurant le titulus (INRI = Iesus Nazarenus Rex Judaeorum, Jésus de Nazareth, roi des Juifs)) fiché en haut de la croix.

 

A partir de cette époque, la croix à double traverse se répand chez les Chrétiens d’Orient et dans leur iconographie.

 

En 1241, Thomas, évêque de Cadie, en Crète, remet à un baron angevin, Jean d’Alluye, une précieuse relique "du bois salutaire de la Croix vivifiante". Jean d’Alluye la rapporte en Anjou (on peut toujours voir cette relique à la sacristie des Incurables, à Baugé, en Maine et Loir).

 

Dès lors, toutes les grandes figures de la Maison d’Anjou portent un grand intérêt à la croix double. Le roi René, le dernier suzerain angevin, lui voue même une véritable vénération et la fait graver sur son argenterie, sur ses monnaies, sur les aigles servant de support à ses armes.

 

La croix à double traverse est devenue peu à peu la "Croix d’Anjou". René, héritier de la première Maison d’Anjou, comte de Provence, roi de Sicile, de Hongrie, de Jérusalem, devint aussi duc de Lorraine. Beau-frère de Charles VII, il combattit aux côtés de Jeanne d’Arc…sous la protection de la croix d’Anjou.

 

En 1477, son petit-fils, René II, s’apprêtait à affronter Charles le Téméraire sous Nancy. A la veille du combat, il choisit la croix à double traverse comme signe de ralliement, face aux Bourguignons, marqués d’une croix de saint André, et des Suisses, qui portent la croix simple.

La victoire de René II confère à la croix double la force d’un symbole de résistance.

 

Pendant plus de deux siècles, la croix à double traverse, devenue "croix de Lorraine", est restée un des signes les plus forts du duché et sa popularité fut telle qu’elle demeura l’un des emblèmes préférés des Lorrains.

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© eglise-norroy-plesnois.fr