Comment nous joindre

Association L'église de Norroy-Plesnois d'hier à aujourd'hui
20, rue de Plesnois

57140 Norroy le Veneur

Téléphone : +33 387513364 

Actualités

Retrouvez dès à présent sur notre site Web toute l'actualité de notre association.

L'église de Norroy-Plesnois, d'hier à aujourd'hui
L'église de Norroy-Plesnois, d'hier à aujourd'hui

Les vitraux de Thomas de Clinchamp

Maître Thomas, originaire de la petite paroisse de Clinchamp, dans le diocèse de Toul, a mené l'essentiel de sa carrière à Metz et dans le pays messin, au tout début du XVIe siècle. On lui doit entre autres des verrières du transept nord de la cathédrale (1501) et les très beaux vitraux de l'abside dans l'église de Fêves (~ 1505).

A Norroy, il a signé le vitrail remarquable du chœur, inscrit depuis 1983 dans l’Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France. Lors de la réfection du chevet en 2007, ce vitrail a été démonté puis transporté à Aiserey, près de Dijon, par l’atelier Parot, qui l’a nettoyé, consolidé et en partie restauré.

La lancette de gauche représente saint Pierre, patron de l’édifice. L’apôtre se détache sur un fond rouge aux motifs damassés. Il est vêtu d’une longue tunique bleue sur laquelle il a enfilé une chasuble blanche bordée d’or. De la main gauche, il tient serré contre sa poitrine le livre de la Nouvelle Loi, orné de ferrures. De l’autre, il ramène vers lui un pan de sa chasuble tout en tenant la clef du Paradis. Au cas où cet attribut n’aurait pas suffi à l'identifier, une inscription en lettres gothiques borde le sol sur lequel il se tient, pieds nus : Sctus Petrus Aplus (=S[an]ctus Petrus Ap[osto]lus), "saint Pierre, apôtre".

Le visage un peu lourd, au milieu des boucles blanches de la barbe et des cheveux, est caractéristique du maître verrier Thomas de Clinchamp dont la signature se cache dans le galon d’or sur lequel se détache la tête auréolée du saint : Thomas de Clinchamp fecit hoc opus, "Thomas de Clinchamp a fait cet ouvrage".

 

La lancette de droite donne à voir, sur un fond de damas bleu, saint Clément, évangélisateur et premier évêque de Metz, patron du diocèse. Vêtu d’une chasuble rouge doublée d’un vert profond, il se présente avec les attributs épiscopaux que sont la mitre, les gants et la crosse, et tient, lui aussi, un livre sacré. Aux pieds du saint, l’inscription : Sctus Clemens  Epus (= S[an]ctus Clemens Ep[isco]pus), "saint Clément, évêque".

 

L'ensemble du personnage et surtout son visage sont fort éloignés du style de Thomas de Clinchamp. Cette lancette a en effet été très restaurée, d'abord en 1859 par Laurent-Charles Maréchal, puis, en 1934, par Michel Thiria. Ces restaurations sont indiquées sur le galon d'or qui passe à l'arrière de la tête du saint: "Rest. M[aréchal] 1859 et Th[iria] 1934".

 

L’atelier Parot est intervenu en 2007 sur ces parties et sur le décor architectural qui surmonte la tête du saint et dont les couleurs s’étaient dégradées. Les panneaux inférieurs de chaque lancette ont été totalement remplacés, à l’exception du petit personnage au bas de la lancette gauche, que l’on a conservé et réintégré dans le nouveau panneau. Le fond bleu sur lequel se détache ce chevalier représenté en armure dans la position agenouillée du donateur, a été repris dans le panneau de droite, là où autrefois devait se trouver son épouse, dans la même attitude.

 

 

Le quadrilobe qui surmonte les deux lancettes présente une Crucifixion sur un fond très doux de damas bleu pâle. Quelques taches de couleur ponctuent la dominante claire adoptée pour mettre en valeur les personnages : un jaune lumineux pour la croix de Jésus plantée dans un sol vert, une robe prune pour Marie et un manteau rouge vif pour saint Jean.

La sérénité avec laquelle la Vierge et Jean tournent leurs regards vers le Christ, le sourire qui empreint leurs visages, livrent un message d’espérance : dans cette Crucifixion, c’est en fait la Rédemption que l’on nous donne à voir.

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© eglise-norroy-plesnois.fr